A lire également

  • BDSM-FEMME-ET-HOMME

    Encore +

    Après avoir déménagé dans le Sud Ouest, nos envies coquines dans les valises, celles-ci ressortirent au bout de quelques mois. Nous étions inscrits sur un site de rencontres libertines, nos publications de photos de Syl en dessous sexy rencontraient un joli succès, nous valant de remporter à plusieurs reprises le concours mensuel des clichés coquins. […] Lire

  • Bondage BDSM instant-charnelle.fr

    Expérience de bondage devenue sauvage et incontrôlable

    Cela faisait un moment que je voulais raconter mon histoire. Je ne savais pas comment le faire parce que je ne voulais certainement pas le dire. Dans le monde d’aujourd’hui, ça me suivrait longtemps et ça je ne veux pas. J’ai donc décidé de le taper. Voilà. Je suis Nina et j’ai 22 ans. Je […] Lire

  • Hétéros soumis

    Je m’appelle Theo j’ai 27 ans, célibataire, 1m79 78kg. Je suis un jeune hétéro curieux et j’avais un fantasme gay mais j’avais jamais osé franchir le pas. Au boulot, il y avait un collègue gay (Patrice) avec qui un jour lors d’une soirée arrosée j’avais fait part de mon fantasme. Désinhiber par l’alcool je me […] Lire

  • De soubrette à esclave

    Je descends l’escalier. J’ai la bouche un peu sèche. L’anticipation, je suppose. À la dernière marche, je me tourne et j’avance dans ta direction. Je m’arrête à quelques pas de toi, je croise mes mains devant mon ventre, je baisse les yeux et j’attends. J’ai enfilé un de mes ensembles préférés, en dentelle noire, recouvert […] Lire

  • Marie un amour d’esclave, première expérience BDSM

      Si toi aussi tu a envie de goûter aux plaisirs BDSM, rencontre ton/ta partenaire sur le meilleur site d’annonces BDSM. Ce soir, c’est le grand soir, pense nerveusement Marie, en déboutonnant son chemisier de travail et en défaisant sa jupe crayon noire, qu’elle laisse glisser sur le sol de la salle de bains. En […] Lire

  • J’imagine

    Mon tendre et cher inconnu, un amour épistolaire nous lie, nous emprisonne, et après avoir lu et relu nos messages, je me surprends allongée sur mon lit à me caresser, effleurer mon intimité en pensant à vous. J’imagine votre venue. Je suis « cachée » dans ma chambre les yeux bandés prête à vous recevoir. […] Lire

  • Toi belle inconnue

    Me voilà installé dans ce train. Le wagon est plein, excepté cette place devant moi. C’est alors qu’apparait une beauté fatale, ce genre de beauté que tu contemples au loin ce genre de femme qui n’est pas pour toi ! Et pourtant elle est là, devant toi, elle s’assoie, te regarde et te sourit ! […] Lire

  • Si loin si proche

    En face d’elle fut placée une photo de son adoré. Sur le sol fut étendu un tapis de velours. Avec ses yeux mi-clos elle regarda la photo accolée contre le mûr. Elle sentait la présence de celui qui lui fit sentir « FEMME » depuis un certain temps. En partant celui-ci était nu comme un verre lors […] Lire

BDSM est une abréviation pratique de Bondage & Discipline (B&D) Domination & Soumission (D&S) Sadisme & Masochisme (ou Sadomasochisme) (S&M). N’hésitez pas à ajouter votre propre histoire à notre bibliothèque d’histoire BDSM, ou si vous souhaitez prolonger une des histoires bdsm existantes, n’hésitez pas. Il s’agit généralement de récits BDSM de contrôle/soumission entre adultes consentants.
Si votre curiosité est piquée et/ou que le concept vous excite, vous n’êtes pas seul ; c’est l’un des kinks les plus populaires au monde. Pour beaucoup de gens, en particulier ceux dont la connaissance du BDSM provient de films comme Fifty Shades et de chansons comme S&M de Rihanna, la pratique peut sembler intimidante. Ne vous inquiétez pas : il existe de nombreuses façons de se familiariser avec la communauté, et les récit BDSM sont un excellent point de départ. Non seulement ces histoires montrent exactement ce que ce style de vie implique, mais ils offrent également un aperçu de l’esprit de ceux qui le pratiquent. Que vous soyez un nouveau venu dans la communauté BDSM ou un connaisseur à la recherche de votre prochaine lecture, voici quelques sélections torrides qui élèvent la lecture érotique à un niveau supérieur.

Guide pour l’écriture d’une histoire BDSM par Marie de Instant Charnel

En gros, je vois une quantité alarmante de récits BDSM mal écrit dans les fictions. Mal écrit, c’est-à-dire imprécis, excluant des choses incroyablement importantes, ou à la limite de l’abus. J’ai donc établi une sorte de liste de contrôle des éléments de base à connaître pour écrire du BDSM !

(J’ai moi-même une certaine expérience du BDSM dans la vie réelle, mes sources sont donc mon expérience personnelle, mes amis qui sont impliqués dans le BDSM dans la vie réelle, et diverses informations sur Internet).

Ces éléments ne sont pas nécessairement nécessaires, mais ils peuvent être ajoutés à titre de détails pour plus de réalisme.

– UN MOT DE SÉCURITÉ :

Bon sang de bonsoir, votre ou vos personnages soumis ont besoin d’un mot de sécurité dans vos histoires. Un mot de sécurité est un mot qu’un soumis utilise pendant une scène pour dire à son dominateur/trice que les choses doivent absolument s’arrêter et qu’il doit être contrôlé. Un mot de sécurité universel est généralement « rouge », vous pouvez donc l’utiliser ou en inventer un pour vos personnages. Cela peut être n’importe quoi, tant que ce n’est pas du tout sexuel. J’ai un ami dont le mot de sécurité pour son sous-marin est « ananas ». Bien que je ne pense pas que ce soit absolument nécessaire dans une fiction, vous pourriez l’inclure dans une fiction qui dépeint une scène où un soumis pourrait dire « non » ou faire semblant de résister. Beaucoup de gens utilisent également un mot « ralentissement », comme « jaune » ou « pitié » pour signaler à leur dom qu’ils doivent s’alléger ou changer ce qu’ils font.

– SÉCURITÉ DU BONDAGE.

Lorsqu’un soumis est en esclavage, il est important que son maître le surveille. Les membres en esclavage ne doivent jamais devenir violets ou avoir des picotements. Il est également idéal de s’assurer que votre maître a des ciseaux de sécurité à proximité en cas d’urgence. De plus, ne laissez jamais, jamais, jamais, jamais, un soumis attaché seul. J’ai lu des fics dans lesquelles le dom quittait complètement la maison avec un soumis attaché dans le sous-sol pendant plusieurs heures. Si je dois expliquer à quel point c’est ridiculement dangereux, alors je ne sais même pas.

– L’APRES.

Si un dom laisse son subordonné seul après une scène, surtout s’il y a eu quelque chose de particulièrement difficile, c’est essentiellement de la négligence. Un soumis devrait recevoir de l’affection physique après une scène, ainsi que tout ce qu’il peut désirer comme de l’eau, une collation, des baisers, s’allonger pour une sieste, ou autre.

Inclure ces choses est important et rendra votre fiction beaucoup plus réaliste. Et honnêtement, qui n’aime pas avoir un peu de douceur à la fin d’une fiction cochonne ?

BONDAGE

– Bon, voilà ce qu’il en est. S’il y a une chose que je vois dans les histoires BDSM, ce sont les mêmes positions de bondage à chaque fois. Attaché aux montants du lit, attaché au mur, et les mains attachées dans le dos. Soyez créatifs !

Il existe de nombreuses positions de bondage de base qui sont simples à décrire dans vos histoires BDSM, mais plus inventives que ce que les gens écrivent habituellement. Pour vous inspirer, vous pouvez consulter les liens de base du shibari et du kinbaku. Ce sont des formes traditionnelles de bondage japonais.

– Parmi les autres liens de base à consulter, citons : la hogtie, la grenouille, la prière inversée, la corde d’entrejambe, la cravate crevette et les harnais de corde.

– Si vous voulez être super créatif, incluez des choses comme le bondage facial, le bondage des mains et des pieds, le bondage des seins et le bondage génital. On les voit rarement dans les fictions.

– Le porno est une excellente source d’inspiration pour les positions de bondage dans les fictions.

– Envisagez également des dispositifs de bondage/des objets à porter au lieu de simplement attacher un subordonné. Les barres d’écartement, les attaches pour les bras, les bandeaux, les colliers, les capuches, les pinces et les bâillons sont tous de bonnes idées.

CHÂTIMENT CORPOREL

– Le châtiment corporel consiste à frapper. Le truc que je vois le plus souvent dans les fictions, c’est la fessée, ce qui est totalement génial, mais devient un peu ennuyeux au bout d’un moment.

– À mains nues, un dominateur peut donner une fessée, une gifle, un coup de poing, un pincement, une pichenette, une pression, une griffure ou une torsion sur presque toutes les parties du corps. Ne vous limitez pas à la fessée des fesses ! Certains de mes préférés sont les gifles au visage, le pincement des tétons, la torture des parties génitales par torsion, pincement et léchage, la fessée des seins, ou toute combinaison d’une partie du corps et des choses que j’ai mentionnées ! Les options sont vraiment illimitées.

– En ce qui concerne les dispositifs pour les jeux d’impact, il y a beaucoup d’options. Le plus souvent, je vois des « fouets » décrits de manière très vague. Il existe des tonnes de types de fouets différents et encore plus de types de jouets d’impact pour le corporel.

Voici les éléments de base.

– Fléchettes : fouets avec plusieurs (généralement 8-10+) « queues », appelées chutes. En raison de leur poids et de leur forme, ils produisent généralement une douleur lourde et sourde. Ils laissent une trace rougeâtre et sont généralement utilisés sur le dos, les fesses ou la poitrine.

– Les pagaies : surface plate d’un matériau quelconque avec une poignée. Elles piquent généralement beaucoup. Elles peuvent être en cuir, en bois, en plastique, en caoutchouc ou même en plexiglas. Parfois rondes/ovales mais je les ai généralement vues rectangulaires. Encore une fois laisse une couleur rouge vraiment générale. Utilisé le plus souvent sur les fesses.

– Les cravaches : en gros, un triangle de cuir (ou d’un autre matériau) au bout d’un long bâton. SUUUPER avare et ça laisse des marques rouges triangulaires. Elles étaient utilisées par les cavaliers pour dresser les chevaux, d’où leur nom. Utilisé partout !

– Fouets : fait référence au fouet typique ressemblant à « Indiana Jones ». Une queue, ça pique comme une salope et ça laisse de longues lignes rouges qui ont tendance à durer plusieurs jours. Il y a aussi des fouets qui ont 9 chutes juste au bout, appelé un chat à neuf queues. Ils sont aussi utilisés partout, mais généralement sur le torse, les fesses et les cuisses.

– Les cannes : un de mes préférés, ne serait-ce qu’en raison des bleus rouges et violets qu’elles laissent. Littéralement, une canne est un bâton en bois, plastique, bambou ou métal avec une poignée à une extrémité. Les cannes sont vraiment méchantes et piquantes et laissent des bleus qui durent souvent jusqu’à une semaine. Évitez de donner trop de coups de canne sur les parties génitales (quelques coups suffisent), mais à part cela, les coups de canne sont généralement administrés sur les fesses, les jambes, la poitrine, les pieds et plus rarement sur l’intérieur des cuisses ou le dessous des bras.

FETICHES

– Les fétiches sont une autre chose que je vois rarement couverte. Un fétiche est une attirance sexuelle pour quelque chose de non sexuel.

– Les cinq fétiches les plus courants aux États-Unis sont les piercings, les cheveux (sur la tête ou autres), le cuir, les talons hauts et les pieds.

– Parmi les autres fétiches, citons le latex, le jeu de l’âge, le jeu de rôle avec des animaux, le jeu médical, le sperme, les mains, les menstruations, la cigarette, les armes à feu, l’urine (appelé « sports aquatiques ») et les jeux électriques.

– Si tu veux écrire un fétiche, il est préférable de faire des recherches sur chaque fétiche avant de te plonger dans son écriture. Il existe une quantité infinie de fétiches !

LES DIFFÉRENTES DYNAMIQUES ET LES ÉCHANGES DE POUVOIR :

– Il ne s’agit en aucun cas d’une liste exhaustive, mais voici quelques-unes des dynamiques courantes dans les relations BDSM.

MAITRE/ESCLAVE : assez simple. Le dom masculin est le maître, le subalterne est l’esclave du maître.

– MAITRESSE/ESCLAVE : même chose que maître/esclave mais avec un dom féminin.

– DADDY DOM/LITTLE : le mâle dominant prend le rôle de gardien ou de « papa » du petit, qui joue le rôle d’un personnage enfantin. Il s’agit très rarement d’un véritable jeu de rôle incestueux. Les mamans doms existent aussi mais cette dynamique se fait généralement avec un dom masculin.

– cocufiage: un peu plus compliqué. Une femme dominante a un esclave masculin soumis qui est maintenu dans la chasteté, appelé cocu. La femme a ensuite des relations sexuelles avec un ou plusieurs hommes en dehors de la relation. Cela peut impliquer ou non que le cocu ait des contacts sexuels avec le partenaire masculin de la femme dominante.

– SERVICE SUBMISSION : vous savez, ces petites tenues de soubrette qu’un soumis porte et qui lui permettent de nettoyer la maison ? C’est la même chose, mais cela peut inclure n’importe quel type de service. Nettoyer, faire des courses, être utilisé comme un meuble humain, etc.

– PET PLAY : le soumis joue le rôle d’un animal. Le dominant joue le rôle du propriétaire ou du maître de l’animal. Parmi les jeux de rôle courants, citons le chien/propriétaire, le poney/entraîneur et le chaton/propriétaire.

– Il y en a tellement ! Ce ne sont que quelques exemples parmi les nombreuses possibilités.

CONSEILS GÉNÉRAUX D’ÉCRITURE

– Si tu veux écrire quelque chose, vas-y ! Quelqu’un d’autre le trouvera sexy.

– Faites très attention en écrivant des choses qui sont illégales. En général, je vous recommande de les éviter complètement, mais si vous décidez de les écrire, vous DEVEZ fournir des avertissements adéquats. (Par illégal, je fais référence au viol, aux personnages mineurs, à la bestialité, à la nécrophilie, à l’inceste, etc.) De plus, préparez-vous à un certain nombre de réactions négatives de la part des lecteurs.

– Si votre fétiche est généralement considéré comme « dégoûtant » (urine, excréments, vomi, crachat, etc.), vous devez également fournir des avertissements adéquats. Il en va de même pour les réactions négatives, mais dans une moindre mesure.

– Il est pratiquement garanti que vous offenserez quelqu’un si vous êtes un auteur BDSM. Cela arrive. Essayez de ne pas vous laisser abattre. J’écris sur le BDSM depuis plus de 5 ans et je le comprends toujours. Vous recevrez toujours beaucoup plus d’amour que de haine.

– Le dialogue est vraiment important. Incluez-en beaucoup dans votre histoire BDSM, y compris des choses comme le dom qui vérifie que le sub subit se sent bien, surtout si le subit semble particulièrement accablé ou pleure.

– Au fait, le subespace n’est pas un trip sous acide. On ne voit pas de fleurs, d’arbres et autres. C’est plus une expérience de béatitude. En tant que dom, je n’ai jamais fait personnellement l’expérience du subspace, mais il s’agit essentiellement d’une poussée d’endorphines qui augmente la tolérance à la douleur du sujet et le met dans un état de transe, comme un high. Lorsque l’euphorie retombe, le sujet est souvent incohérent et très fatigué.

– Pour être franc, le porno aide parfois. Si vous avez l’âge, allez faire un tour sur un site BDSM éthique. Je peux vous en recommander si vous n’en connaissez pas.

– Et bien sûr, amusez-vous ! C’est le but de la fiction, non ? Essayez d’écrire quelque chose que vous n’avez jamais écrit. Écrivez quelque chose que vous aimez mais dont vous n’êtes pas sûr qu’il plaira aux gens (indice : quelqu’un le fera). Écris pour toi ! Écrivez des choses qui vous excitent !

Et c’est à peu près tout ce que j’ai pu trouver à inclure pour le moment. J’espère vraiment que c’est utile et éducatif ! En tant que domme de quartier, je suis tout à fait disposée à répondre à vos questions et à vous conseiller. Cool.