Complice de l’amant de sa femme

Instant Charnel

Armand est un bel homme grisonnant à peine cinquantenaire, il sonne à la porte de l’appartement de son meilleur ami Barry, un jeune homme qu’il a presque élevé et qui a désormais 25 ans.

Le deux hommes s’étreignent, ils ne se sont pas vus depuis le mariage de l’hôte 8 mois plus tôt, mariage qu’Armand leur a entièrement offert considérant le marié comme le fils qu’il n’a pas eu.

« Ta ravissante et adorable femme n’est pas là ?

« Non Jade est partie faire un peu de shopping

« Bon j’espère que n’as rien préparé pour ce soir, je vous invite

« Et toi, ou sont tes bagages ? Il est hors de question que tu dormes ailleurs que dans la chambre d’amis

«  Je ne savais pas trop, j’ai tout laissé dans la voiture, allons les chercher puisque tu m’accordes l’hospitalité, par contre je ne sais pas si je reste longtemps

« Pas de soucis tu es ici chez toi. Ce qui est vrai, l’appartement lui appartient mais il ne s’en sert jamais, autant qu’il aide un jeune couple a démarrer dans la vie.

Après avoir accompli leur besogne, Armand installe ses affaires dans sa chambre, puis il prend une douche dans le cabinet de toilettes attenant a la chambre il ne se rappelle même pas combien de conquêtes il a amené et baisé dans ce lit.

Un rapide rasage et il s’habille, avec classe comme il en a l’habitude, quand il sort il aime être regardé, et il compte bien l’être car il a une petite idée dans la tête.

Il se rend au salon, l’apéritif est servi, il s’installe dans le fauteuil, et ils parlent de tout et de rien en attendant Jade qui semble avoir oublié qu’ils avaient un invité ce soir

Enfin un bruit de clé dans la porte et une tornade blonde traverse le vestibule, de taille moyenne, avec de longues jambes la taille fine et une poitrine pas énorme mais ferme dont elle est fière, Armand a le temps de voir tout ça avant qu’elle se rende compte qu’il est là.

«  Mais, enfin Barry, Armand ne devait arriver que demain, je n’ai rien préparé pour le dîner.

« Non, tu t’es encore trompé sur la date, et pour ce soir, pas d’inquiétude, Armand nous invite, alors va te préparer on part dans 30 minutes. Une douche et fais toi encore plus belle pour notre invité.

20 minutes plus tard la jeune femme revient, elle porte un pantalon de toile, un tee shirt et une paire chaussure à talons hauts

«  Jade, dit Armand, nous sortons dans un endroit classe, n’aurais tu pas quelque de plus féminin voir plus sexy dans tes placards ?

«  Vous voulez dire, une jupe ou un tailleur et des collants ?

«  Absolument, une jupe éventuellement courte qui peut faire partie d’un tailleur, mais pas de collants je déteste ça, je préfère les bas, dans ta tenue il y a juste les chaussures qui sont acceptables

«  Je suis désolée de vous décevoir mais je n’ai rien de tout ça et à cette heure les magasins sont fermés.

«  Si tu avais eu ce que je demandais tu te serais changée ?

« Oui bien sûr pour vous faire plaisir, je me serais vêtue comme vous le souhaitez, enfin si mon mari en avait aussi exprimé le souhait.

« Chérie, dit Barry, j’aime bien quand tu es féminine, la dernière que je t’ai vue autrement qu’en pantalon Armand était déjà là et c’était à notre mariage.

«  Je suis désolée, répond Jade, si j’avais su, j’aurais fait quelques emplettes, sortons demain comme ça j’irais acheter ce qu’il faut.

«  Je ne sais pas combien de temps je vais rester et j’ai réservé chez un ami, tu fais quoi en tour de taille, 38 ?

«  Oui, pourquoi ?

«  Je me suis permis, pour vous remercier de m’accueillir, de faire quelques emplettes, puis je te les offrir ? Ça pourrait aider pour ce soir

Il va dans sa chambre, il revient avec plusieurs paquets de grandes boutiques de prêt à porter.

« Tout est pour toi, je te laisse aller dans ta chambre pour te changer, si tu en as envie, si des choses ne vont pas nous pourrons aller les changer demain.

Elle lance un regard de défi à Armand, prend les paquets et va se changer pour faire ce que les hommes demandent avec tant d’insistance, elle se trouvait bien en pantalon.

Elle ouvre les paquets, et bien entendu, elle trouve que qu’elle pensait y trouver, un tailleur avec une jupe courte et un veston avec un seul bouton, une guêpière de soie bleue, et une paire de bas noirs a fines résilles, elle a beau cherché il n’y a pas de slip. Autre choix par rapport à la guêpière, un porte jarretelle en cuir avec 6 fixations et un soutien-gorge a balconnets en cuir lui aussi, qui présente les seins plutôt qu’il ne les soutient.

Quel vieux cochon cet Armand pense t’elle, mais au fond d’elle elle sait pourquoi il lui offre tous ces cadeaux et elle décide de jouer le jeu, tant pis pour son mari, il est entré dans le jeu de son ami il en paiera le prix.

Elle opte pour la guêpière, et comme il n’y a pas de slip et bien elle n’en met pas, car elle est sure que c’est intentionnel cet oubli dans les achats. La jupe est encore plus courte qu’elle ne pensait, elle flirte avec la lisière des bas, le haut du tailleur laisse deviner ce qu’il y a dessous.

«  Voilà, dis Jade je suis prête, on y va ?

« Chéri, je suis désolé, mais on voit le haut de tes bas, tu ne veux pas baisser un peu ta jupe.

«  C’est gentil, mais elle est au plus bas, et je pense que ton ami l’a choisi comme ça exprès, demande lui.

«  Moi, dit Armand je te trouve magnifique, mais si ton mari n’est pas d’accord pour que tu sortes ainsi je ne peux pas l’y obliger.

« Bon, on fait quoi dit jade je remets un pantalon ?

« A priori, ton mari est gêné que tu sois habillée comme ça, c’est dommage d’être aussi jaloux.

«  Je ne suis pas jaloux, la preuve sur la plage elle est en string et les seins nus, et ce soir ça ne me choque pas trop que tu la vois habillée ainsi, mais pour sortir c’est trop.

« C’est simple, dit Armand, j’annule chez mon pote, tu vas chercher de quoi dîner au traiteur du coin et comme ça on ne sort pas et tu n’as pas honte, demain nous irons acheter quelque chose de plus sage.

«  D’accord, répond Barry, je préfère ça, Chérie tu veux te changer ?

«  Non, je vais faire plaisir à Armand, si ça ne te gêne pas, je vais rester habillée comme il semble le souhaiter.

«  OK, fais comme tu veux, je ne suis pas un dictateur, c’est toi qui décide.

Barry sort pour aller chercher la nourriture, il sait qu’il doit mettre au moins une heure pour laisser le temps au temps.

« Armand, dans vos emplettes il manquait quelque chose et il y avait quelque chose dont je ne vois pas l’utilité, dit Jade en lui tendant un objet en acier oblong plutôt lourd avec un brillant à un bout.

« Pour l’objet, c’est un rosebud je peux t’expliquer son usage, mais qu’ai-je oublié ?

«  Une culotte, il manquait une culotte, vous pensiez que j’allais mette une des miennes ?

« Non, je pensais que tu n’en mettrais pas, comme à ton mariage quand je suis allée chercher la jarretière et que j’ai pu voir ta jolie petite moule toute glabre.

«  Vous être un vrai pervers de penser que je serais sortie ce soir avec le cul nu

« C’est simple si tu n’as pas de slip, et je suis sûr que tu en a pas, je me sers de l’objet tout de suite.

« Soulève ta jupe lui ordonne t’il.

Jade se rend compte que le quinquagénaire ne plaisante pas et la voix autoritaire lui a donné des frissons jusque dans le bas des reins, elle obéit et montre sa chatte.

« Bien ma petite salope, maintenant penches toi je vais te montrer l’usage de l’objet

Jade se penche, et sent le contact glacé de l’objet contre son petit œillet plissé, elle serre les fesses pour éviter l’introduction, mais il l’attrape et l’a met en travers de ses genoux

«  Armand, que faîtes-vous ? Je ne veux pas, vous n’avez pas le droit

Pour faire taire ses protestations il commence à la fesser, elle se débat et essaie de lui échapper mais il l’a tient fermement et les claques commencent à faire rougir son fessier

« Bon on peut réessayer de mettre l’objet en place maintenant ?

« Vous m’avez fait mal, vous n’êtes pas gentil, j’ai le cul en feu

Il l’a fait mettre à quatre pattes et recommence à introduire l’objet, quand il en fin en place il lui dit :

«  Tu as le cul très souple, et j’ai pu me rendre compte que ta chatte est emplie de mouille, sois honnête, tu as aimé cette fessée ? Tu as eu mal ? Elle n’était pourtant pas très forte

Jade hésite longuement, elle ne veut pas dire qu’elle a aimé, car elle accepté de faire ce plaisir à son mari une fois depuis qu’ils sont mariés, et elle n’avait pas aimé, mais son mari n’est pas autoritaire, alors cet Armand l’a toujours rendue toute chose en sa présence.

D’ailleurs l’histoire du manque de culotte est vraie mais elle l’a enlevé quand elle a su qu’il était l’heureux élu. Et ce salaud en a profité il a pris son temps et il lui avait touché la chatte.

« Oui, j’ai aimé

« Alors on va recommencer, mais tu ne vas pas te débattre, et cette fois ci je vais te frapper fort pour que tu comprennes qui est le Maître, d’accord ?

« Oui, Maître s’entend-elle répondre. Elle pense qu’elle s’est fait piéger.

Le bruit de clé dans la serrure indique le retour de son mari, que va t’il penser d’elle ?

Barry voit sa femme en travers des genoux de son ami, il remarque la jupe retroussée sur son dos et le truc brillant inséré dans ses fesses

« Mais, que faîtes-vous tous les deux ?

« Ta femme a été insolente, alors je lui apprend à être respectueuse envers les hommes plus âgés

« En faisant quoi ?

« En la fessant, tu ne le fais pas ?

« Non, j’ai essayé elle ne veut pas, soi-disant que je lui fais mal

«  Alors regarde, et je ne vais pas y aller de main morte, elle va recevoir très fort sur son cul

Barry ne sait que penser, il est quand même un peu jaloux que son ami touche le cul de sa femme, mais la situation, l’intrigue et il a déjà eu envie de voir sa femme dans les bras d’un autre

La première claque tombe, le bruit est net, le corps de Jade se tend, et Barry remarque qu’elle ne fait aucun mouvement pour éviter le coup elle tient simplement un coussin et le serre de ses deux poings.

Les claques se suivent mais de manière irrégulière, alors que les fesses de sa femme prennent une couleur écarlate Bernard est impressionné de la violence des claques, Armand frappe de plus en plus fort, Jade régit en poussant de petits cris, mais elle ne demande pas l’arrêt de la punition.

Armand la fait se lever, il lui ôte ses vêtement pour qu’elle ne garde que la guêpière, les bas et les chaussures. Il la place pour qu’elle se mette à genoux avec le buste sur le canapé.

«  Tu es très obéissante, on va passer à la vitesse supérieure, Armand se met en caleçon, il enlève la ceinture en cuir de son pantalon, la prend bien en main et assène un coup en travers des fesses de la jeune femme, celle-ci pousse un sorte de gémissement appuyé sous la brûlure provoqué par la ceinture.

Barry se rend qu’il bande et qu’il n’est pas le seul, Armand prend du plaisir à frapper sa femme, il a une furieuse envie de baiser maintenant. Contrairement à ce qu’il faisait avec la main, les coups de ceinture sont réguliers et provoquent une autre réaction sur le cul de sa femme qui est maintenant strié de marques foncés qui tranchent sur le rouge provoqués par la fessée

«  Armand, ne penses-tu pas qu’il faudrait cesser? Elle est bien marquée maintenant

«  D’accord, passons à autre chose

Il enlève son caleçon et sa bite apparaît dans toute sa splendeur, il attrape Jade par les cheveux et lui enfourne sa verge dans la bouche jusqu’au fond de la gorge, provoquant un haut le cœur incontrôlé a la jeune femme.

Barry regarde la bouche de sa femme entourant une bite qui n’est pas la sienne, de plus sa femme lui a rarement prodigué cette délicieuse caresse, et là, elle se trouve avec le nez dans le pubis d’Armand alors que son sexe lui parait énorme par rapport au sien. Lui, le sexe tendu comme jamais de voir son épouse traitée comme la dernière des putes, ne sait quoi faire il voudrait bien participer mais il attend une invitation ou un signe de son ami, son épouse n’ayant a priori pas son mot à dire, et son côté voyeur se révèle dans toute sa triste vérité.

Sa femme avale la hampe au rythme imposé par son Maître, les va et vient se succède tapant au fond de sa gorge, elle se fait baiser la bouche, Armand expire un long soupir et se soulage au fond de gorge, elle manque de s’étouffer sous la puissance de l’éjaculation mais son bourreau lui tient la nuque et elle avale tout le liquide envoyé, il relâche la pression, elle sait d’instinct que pour bien finir le travail elle doit nettoyer la grosse bite d’Armand et elle le fait consciencieusement avec sa langue.

« Tu es une bonne petite pute et je pense que je vais pouvoir faire quelque chose de toi. Qu’en penses-tu Barry, je vais m’occuper d’elle pour qu’elle devienne une vraie salope sexuelle, je vais finalement avoir un séjour plus intéressant que je ne le pensais, et je vais rester un peu plus longtemps que prévu.

«  Je ne sais que répondre, ça v trop vite pour moi, je vais chercher à manger et je me retrouve cocu à mon retour.

«  Non, tu n’es pas cocu, il n’y a pas d’amour entre ta femme et moi, elle sera ma soumise, ce n’est pas la même chose, vous continuerez à vivre ensemble, et je n’en profiterais que lors de séances dédiées à la soumission, la durée et la fréquence de ces séances restent à déterminer

« Moi, je pourrais être d’accord répond Barry, mais Jade a peut-être son mot à dire, elle pourrait avoir été prise dans un tourbillon incontrôlable et finalement ne plus vouloir le faire.

«  Jade, dit Armand quelle est ta position ?

Jade qui essaye de reprendre ses esprits, a, en moins d’une heure, subi une punition comme elle n’en avait jamais reçu et avalé le sperme d’un homme pour la première fois de sa vie. Elle est pratiquement nue sur son canapé, les fesses en feu, la chatte ruisselante, et deux hommes la regardent, attendant une réponse

«  Je ne sais pas, répond finalement Jade, j’ai très envie d’aller plus loin pour connaître mes limites, mais uniquement avec l’accord de mon mari, par contre il ne doit pas participer à ma soumission.

«  Je pourrais au moins participer à la partie sexe, car là, j’ai la bite prête à éclater tellement tu m’as excité.

«  Tu peux aller te branler sur elle dit Armand, pour moi c’est clair ta femme sera ma soumise, et je suis sûr que tu es d’accord

Barry qui s’est mis entièrement nu, s’approche de sa femme, il se branle face à elle et en quelques secondes lâche de longs jets de foutre sur son visage

« Tu vois, dit Jade, en se dirigeant vers la douche, le problème est là, tu as une petite bite, et en plus tu n’es pas endurant, mais je t’aime, c’est comme ça, comme mari tu es parfait, mais comme amant tu es nul, mon choix est fait je serais la pute soumise d’Armand

« D’accord, dit Barry, de toutes façons je ne peux vivre sans toi, je te laisse libre de faire ce que tu veux sexuellement, avec la condition que tu me racontes tout.

« On fait comme ça, réponds Jade, je vais me laver, je suis affamée, préparez tout je reviens dans 10 minutes.

Instant Charnel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *