in

une vie

HISTOIRE-erotiques-gay

je ne suis pas homosexuel. Je ne considère pas que ce soit ma nature.

Je ressens parfois d’irrésistibles poussées d’envie à l’idée que je me fais enculer et que l’on éjacule dans mon cul, c’est vrai. Mais pour autant je serai mort de honte si ma famille le savait ou mes amis ou mon entourage. Parce que je serai malheureux que l’on me colle cette étiquette qui ne correspond pas à ma nature réelle. Je vais essayer de remonter dans mes souvenirs tout ce qui m’a confronté à ces situations sexuelles avec des hommes. Je me souviens qu’a l’âge de cinq ou six ans quand j’habitais Casablanca, je fréquentais les garçons de mon âge dans mon quartier. Une fois, nous sommes arrivés derrière un buisson et mes amis se sont déshabillés et ont commencé à se niquer les uns les autres.ai je participe ? je ne m’en souviens plus. Mais quelques mois plus tard, l’un d’entre eux était chez moi dans ma chambre et a commencé à m’enculer. Ma mère est entrée, nous a surpris et a mis le garçon a la porte en ne me faisant jurer de ne plus jamais recommencer. Je sais qu’elle en avait parlé à ses amis parce qu’ils faisaient des remarques à ce sujet.
Trois ans plus tard, nous déménagions dans un autre quartier et la a l’étage du dessus vivait un garçon, popaul A. qui vint faire ma connaissance et me parler souvent quand je rentrais de l’école et que mes parents n’étaient pas là. Petit à petit il commença à me parler de sexe et d’attouchements auxquels je n’étais pas totalement sans connaissance.

Un jour je ne me souviens pas lequel il dut me déshabiller et tous nus il entreprit de me baiser .dans ma chambre il y avait une armoire à glace et tous mes souvenirs de cette époque sont en rapport avec son miroir car il prenait plaisir à me prendre en face et se regarder en train de me copuler. Puis il exigea de moi que je le suce, ce que fis toujours avec déplaisir car je n’aimais pas cela. Et surtout je détestais qu’il éjacule dans ma bouche. Pour se faire accepter à nouveau il m’achetait des illustres que j’adorais lire et en échange je le laissais chaque fois m’enculer et jouir en moi. Je n’avais pas encore passe ma puberté, je bandais certes mais sans éjaculation. Ce qui fait que j’étais tout le temps passif dans cette situation quasi journalière avec popaul. Son sexe était très chaud, pas très grand mais très gros avec le gland rouge vif quasi rectangulaire.je ne supportais pas le sperme qui s’écoulait de mon cul. Ces rapports durèrent quelques années. Je devenais de plus en plus demandeur et j’attendais qu’il revienne de son travail en fin d’après-midi pour lui ouvrir ma porte et m’offrir à lui sans retenue. Un jour cependant je devais avoir 12 ans, il vint avec un de ses amis et me demanda de me faire baiser par lui comme si j’étais devenu sa putain. Son ami me regardait avec un petit sourire et je sentais son mépris. J’eus honte terriblement et je lui dis que moi aussi je baisais popaul. lui aussi était un pede. La honte était surtout d’être un soumis passif mais pas un actif. Il eut alors honte et ils partirent penauds tous les deux. Je ne le revis plus jamais.
Voilà pour ce premier récit erotiques gay