La séduction par e-mail - Histoire érotique | Instant Charnel La séduction par e-mail - Histoire érotique | Instant Charnel
Vous êtes ici : Instant Charnel » Histoires softs » Séduction par e-mail

Séduction par e-mail

Place de la bourseCes deux-là se sont rencontrés Place de la Bourse, à Bordeaux. Il l’avait repérée de loin mais il ne lui fallut que quelques secondes pour arriver jusqu’à elle. Elle était brune, elle avait la vingtaine et n’était pas très grande. Elle portait une robe légère qui s’arrêtait à mi-cuisses et une paire de magnifiques chaussures à talons. Il ne lui en fallait pas plus pour aller la voir. Lui ? 1m80, les cheveux bruns légèrement frisés et une barbe de quelques jours parfaitement travaillée. Il respirait la nonchalance à plein nez.

Il est allé la voir, a échangé quelques mots avec elle et, faute de repartir avec son numéro de téléphone, il est reparti avec son adresse e-mail.

 

Je te séduirai par e-mail

Date : Mercredi 6 juillet 2011 à 14:23
Objet : Je t’ai vue, place de la Bourse

____________________

Bonjour toi !

Je suis le “type complètement fou mais séduisant” (dixit toi-même) de la place de la Bourse.

Quand je te disais l’autre jour que tu pouvais me donner ton numéro de téléphone au lieu de ton e-mail, que je ne te harcèlerai pas, je te prouve que j’avais raison ! Quatre jours d’attente avant de reprendre contact avec toi, c’est encore dans la norme pour ne pas passer pour un psychopathe non ?

Tu sais que depuis que tu m’as parlé de ton coulant au chocolat j’y pense tous les soirs ? C’est d’ailleurs en partie pour ça que je te contacte. Je te propose qu’on se retrouve samedi à 16h00 place de la Bourse, ça deviendra notre lieu fétiche. Et voilà le programme : je t’emmène manger le meilleur coulant au chocolat que tu puisses manger dans le meilleur endroit de la ville.

Je te mets l’eau à la bouche pour être sûr que tu viennes : le coulant sera dans une assiette stylisée en porcelaine de Limoges et accompagné d’une fraise et d’une feuille de menthe. Si tu en as le coeur, tu pourras rajouter de la crème anglaise. Personnellement je choisis toujours de ne pas en prendre, le coulant se suffit à lui-même. Tu verras l’impression que ça te fera quand tu donneras le premier coup de fourchette dedans, et je ne te parle même pas de la première bouchée !

Pour l’accompagner, je te conseille un Coca avec une tranche de citron. Ils sont servis dans des tumblers très allongés avec une paille, une grande cuillère et un parapluie. Il y a toujours de la condensation sur ces verres, posés à côté des assiettes, ça donne un effet du tonnerre !

Allez je m’arrête ici et j’attends ta réponse, même si tu n’as pas vraiment le droit de refuser.

Benoit.

 

[ABM id= »341907953″ width= »468″ height= »60″]

 

J’ai déjà des sensations

Date : Mercredi 6 juillet à 18:44
Objet : RE: Je t’ai vue, place de la Bourse

____________________

Salut Benoit !

Si je m’attendais à avoir des nouvelles de toi ! Je pensais que tu faisais partie de ces serial dragueurs qui passent leur samedi après-midi en bande à accoster toute fille présentant un peu de chair fraîche !

Tu as raison, quatre jours c’est raisonnable. Tu ne passes pas pour un quelconque psychopathe, et en bonus je n’ai même pas l’impression que tu me contactes parce que tu n’as pas trouvé mieux à faire !

Bon, pour tout t’avouer, ta description du gâteau et du Coca m’a donnée envie de les avoir devant moi, là, tout de suite. J’ai déjà la sensation du chocolat encore chaud qui fond dans ma bouche, et j’ai aussi la sensation rafraîchissante du Coca citron. Au moins on peut dire que tu sais faire passer des choses quand tu écris toi !

Est-ce que par hasard ça aurait un lien avec le fait que tu lises ? Je me rappelle t’avoir vu avec un livre entre les mains quand tu es venu me parler. C’était quoi ce livre ? L’inconvénient des livres de poche, c’est que lorsqu’on ne fait que les apercevoir, il est difficile d’en déchiffrer le titre et l’auteur tellement ils sont petits !

Bref, tout ça pour te dire que j’accepte ton invitation même si je dois écourter mon après-midi entre amies. Et je te lance un défi : celui qui est en retard au rendez-vous invite l’autre. C’est d’accord ?

À samedi,
Elsa.

Pitié pour les femmes

Date : Mercredi 6 juillet à 20:35
Objet : Les jeunes filles

____________________

Salut Elsa,

L’objet du mail t’intrigue un peu j’imagine ? Tu vas vite comprendre. Pour en revenir à ta question, le livre que je lisais l’autre jour s’appelle Pitié Pour Les Femmes. C’est le deuxième livre (et le meilleur, selon moi) de la série intitulée Les Jeunes Filles (et voilà, tu as compris !) écrite par Henry de Montherlant.

J’adore cette série, Montherlant y analyse la psychologie féminine à sa façon. Dans celui que je lisais, Pitié Pour Les Femmes donc, il y évoque énormément la sexualité et ce que peuvent ressentir les femmes. C’était assez osé d’écrire sur ce sujet à cette époque. Enfin je ne dirai pas plus sur Montherlant et sur la sexualité, étant donné que j’arrive à faire passer des choses, j’ai peur des conséquences que cela pourrait avoir !

Au sujet de ton défi, je l’accepte même si je sens bien que c’est moi qui vais devoir t’inviter ! D’ailleurs, je te lance à mon tour un défi : le premier arrivé attend l’autre debout sur la fontaine de la place !

À samedi !

Cet e-mail sera resté sans réponse.


À suivre…

Cette correspondance vous a émoustillé ? Rendez vous rapidement dans la deuxième partie de l’échange entre Elsa & Benoit, c’est encore plus chaud…
 

[ABM id= »341907953″ width= »468″ height= »60″]

 

« »

Gratifiez l'auteur de vos impressions post-lecture en laissant un commentaire !