Histoires et récits érotiques | Instant Charnel Histoires et récits érotiques | Instant Charnel

Erotique vernissage…

Levrette_OmbreCe soir tu as prévu de te rendre à ce vernissage,  je sais que tu vas y rejoindre plusieurs de tes amis. Je sais aussi que je ne pourrais ni t’approcher, ni te parler, ni te toucher… juste la possibilité de te regarder, te charmer, te provoquer, t’exciter, te frôler, t’effleurer et c’est justement ce paradoxe de la frustration et de l’excitation qui m’incite à te rejoindre. Pour cette occasion, j’ai choisi de me glisser dans cette robe noire, fluide, plutôt classe, mi longue, décolletée. J’ai choisi de ne pas mettre de dessous, juste cette robe quelque peu provocante qui frôle parfois l’indécence. J’imagine ta surprise, puis ton excitation quand tu me découvriras à tes cotés, et que  ma main viendra frôler tes fesses pendant que tu discuteras avec tes amis.  Il te sera impossible de bouger,  j’imagine déjà les frémissements de ta queue. (suite…)

Prise dans le bureau de mon responsable.

Je suis hôtesse d’accueil dans un cinéma.

C’était un lundi et ce jour là, mon responsable habituel était en congé comme d’habitude mais pour moi caisse, nouvelles responsabilités je me lance et me voila propulsée caissière un peu de stress mais bon la journée se passe sans problème quand vers 22h30 mon responsable me fait savoir que je peux clôturer la caisse. Pour être sure de ne pas faire d’erreurs je me présente dans son bureau pour faire les comptes de la journée. (suite…)

à l’hôtel…

Donc on était à l hôtel… V et moi sommes collègues et amants depuis trois ans, que l’on « s’amuse » toujours au bureau ou dans un bois vers notre travail), exceptionnellement on a réussit à se retrouver à l’hôtel il y a 10 jours:

Encore quelques kilomètres et je serai arrivée… un liquide chaud me
coule entre les jambes… mon excitation est à son paroxysme.. je me
caresse en roulant… obligée… c’est trop bon… Voilà je suis garée dans
la cour du F1. Je l’appelle, il descend me chercher. (suite…)

Martine la soumise

Bas_talons_sexyDepuis le treize avril deux mille treize, Martine, employée polyvalente dans un supermarché m’est offerte comme soumise par son époux Pierre qui est policier. Ses règles de soumission sont fort simples. Je donne mes ordres par écrit afin que son époux puisse les lire et la faire obéir strictement. Les comptes rendus sont aux aussi rédigés par écrit par la soumise et sous la surveillance de son époux. Je suis autorisé à tout lui faire et lui faire faire à l’exception de lui administrer des raclées trop sévères. Je ne perdis donc pas de temps, ce même jour en matinée elle dut donc aller faire ses achats de la semaine en jupe, bas résille noirs et talons hauts, sans culotte, dans le supermarché où elle travaille.

Elle se fit terriblement chambrer d’être ainsi habillée comme une pute par ses collègues femmes et hommes, ce qui l’excita énormément. Ce couple dont les enfants ont quitté le foyer conjugal dispose derrière sa maison de ville d’une petite cour et d’un petit jardin cachés à la vue de tous. Elle fut donc obligée de séjourner une heure en talons hauts et en bas résille, une paire de boules de geisha enfoncée au fond du vagin, sans rien d’autre dans cette petite cour. C’était un des premiers jours de beau temps de l’année deux mille treize, comme quoi cette soumise est une petite veinarde, le même jour elle est offerte à un nouveau maître et elle prend un bain de soleil au jardin. Le reste de l’après-midi elle a dû astiquer toute la maison et cuisiner en talons et en bas résille. Son époux ne se priva pas d’abuser de la situation quand elle repassait ou passait l’aspirateur ainsi vêtue et garnie. Son époux me fit savoir en lui faisant rédiger le compte rendu de cette journée qu’il avait fort apprécié ce premier jour de dressage.

(suite…)

Précis de fantasmes vécus…

Romantique avec lui, J’ai fait l’amour hier soir.

D’abord couleuvre sensuelle, miel et douceur, câlins suaves et langoureux. Lèvres délicates qui goûtent. Mouvements lents et protecteurs. Enveloppante glissante fluide. Je glisse la peau lisse, effleurement des doigts sur la bouche, de la bouche satin sur le gland humide. Bouche à bouche, langues qui s’emmêlent, mains qui caressent et se joignent puis s éloignent sur le dessus frisson du ventre chaud. Cuisses à cuisses, seins délicats qui frôlent, apaisent en silence. Bras tentacules qui débordent et s’emparent du corps alangui. Douceur des doigts qui dessinent. Envie, présence latente, flottement des souffles profonds sur les peaux sensibles. Désir naissant, enveloppant caressant. Comme l’huile, les baisers de peau s’étalent, se répandent, enduisent. Corps mêlés emmêlés et mélangés.

Puis plus serrés collés, la sueur qui se mélange. Les muscles se serrent. Jambes tendues brusquement pliées, repliées. Cuisses qui s’écartent et se ferment. Peaux qui se frottent et s’excitent. Les sexes se croisent s’attirent, se fixent, s’écartent, se serrent, s’échappent. Les mains attrapent palpent et agitent. Les lèvres mordent aspirent et pincent. Les ongles s’enfoncent, griffent, marquent la peau tendue.
(suite…)

Anniversaire de nos 15 ans de vie commune…

femme_nue_voitureCela fait 15 ans que nous sommes ensemble, ça se fête, non !?

Tous les deux nous avons eu une autre vie avant notre rencontre, voire  plusieurs vies ! Mais depuis que nous sommes tous les deux, nous avons enfin (difficilement) trouvés notre équilibre. Nos ébats ne sont plus aussi torrides qu’autrefois et d’un commun accord, nous avons décidés de donner un coup de fouet à notre libido !

La soirée prévue est le début de notre thérapie…

Pour l’occasion, tu t’es habillée de façon sexy mais pas vulgaire, une jupe courte qui découvre tes jambes magnifiques gainées de bas gris fumés avec des escarpins avec des talons de 10cms, voilà pour le bas, pour le haut, un petit top qui découvre tes superbes épaules et  dévoile la naissance de deux jolis seins encore très fermes et bien proportionnés (85C). Pendant le repas nous discutons de tout et de rien comme d’habitude mais je remarque que le serveur vient plus souvent que la normale à notre table et que son regard glisse souvent sur ton décolleté. Je ne suis pas jaloux, tu le sais, et le fait que tu troubles cet homme me rend plein de fierté ! Il y a aussi une table, à quelques mètres, occupée par trois hommes qui n’arrêtent pas de te reluquer et de chuchoter en te regardant. (suite…)

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Next