in

Un peu de plaisir après le travail

Un peu de plaisir après le travail

J’étais très stressée. J’avais passé les dix dernières heures de travail, à répondre aux appels téléphoniques inutiles et écrits des dizaines de lettres fastidieux à des gens dont je n’avais aucune idée de l’existence. Je voulais juste rentrer chez moi. Je voulais seulement prendre un bon bain chaud et me détendre. J’ai poussé un soupir comme j’ai remanié la dernière de ma paperasse. Je l’ai mis sur le petit tas de laquelle ils appartenaient, ramassé mes clés et parti en direction de la porte de mon bureau.

J’ai dit au revoir à mon patron et disparu par la sortie.

Le bruit des voitures a commencé à me donner mal à la tête et mon estomac grondait avec le manque de nourriture. J’ai tourné le dernier virage, et avait une bonne vue de mon appartement. J’ai effectivement souri à moi-même et j’ai accéléré mon rythme. Tournant la clé dans la serrure a été un tel soulagement. Après avoir marché intérieur de ma porte d’entrée et Copier la clé de la serrure, je me suis précipitée dans l’escalier de ma cuisine. Je n’étais pas d’humeur pour un diner, mais j’avais envie de quelque chose de sucré. J’ai mis trois crêpes dans micro-onde et me tenait là pendant deux minutes. Je tapais avec impatience sur le comptoir jusqu’à ce que la machine ait commencé à émettre un bip. J’ouvris la porte de la micro-onde, et je glissais les crêpes sur la plaque et les couvrit de sucre. J’ai attrapé un couteau et une fourchette dans le tiroir et me dirigea vers mon salon. Je me suis arrêté, pétrifié, Lionel était là.

Il n’était pas censé être à la maison jusqu’à la semaine prochaine. Il a négligemment rabattu sur mon canapé en cuir, en train de lire son journal.

Comme j’entrais dans le salon, il pivotait sa tête vers moi en souriant. J’ai abandonné mon repas, toujours sidéré. Lionel se leva. Je me précipitais vers lui en jetant les bras autour de ses épaules musclées.

J’ai sauté et enveloppé mes jambes autour de ses hanches, comme ses bras embrassés ma taille et me tira de plus vers lui.

Au début, on se tenait dans les bras de l’un et l’autre sans dire un mot. J’étais sans voix. Ma voix est venue à moi une fois que j’avais avalé les larmes. “Que fais-tu ici?” J’ai interrogé, mes yeux menaçaient de déchirer chaque seconde. « Je n’en pouvais pas d’être si loin de toi. J’imagine qu’ils voulaient simplement voir leur fils ». Je regardais à nouveau dans les yeux de mon petit ami, et réalisé à quel point il comptait pour moi.

Il ferma les yeux sur moi. Je me penche en mettant ma bouche contre la sienne. Il posa sa main sur mon cou comme j’ai ébouriffé ses cheveux avec mes doigts. Il gémit un peu contre mes lèvres et notre baiser devint plus passionné.

Nos lèvres déplacées ensemble, en envoyant des frissons dans le dos. Il tira, me rapprochait de lui et, sans me porter, s’appuya contre le mur le plus proche. Il a enlevé ses bras autour de mon cou et à la taille et a commencé à soulever le plateau que je portais.

Il l’a élevé au-dessus de ma tête et le jeta au sol. Je l’ai regardé alors. Son humeur a changé.

Nous avons souri à l’autre et puis, soudain, il a attrapé mon cou des deux mains et a tiré mes lèvres aux siennes. Notre baiser est devenu rapide et palpitant, qui fait que nous étions tous les deux à bout de souffle.

Je ne pourrais pas aider le petit gémissement qui venait de ma bouche comme il sucé sur ma lèvre inférieure.

 

J’ai déboutonné sa chemise noire, la copie de chaque bouton de l’autre. Il haussa la chemise autour de ses épaules, de sorte qu’il tomba sur le sol avec un bruit doux. Je caressais son corps irrésistible, de son ventre tonique à ses bras musclés. Il a habilement détacha mon soutien-gorge en satin, et l’enleva. Il l’a littéralement jeté dans la pièce. Il appuya sa poitrine sur la mienne, l’envoie des frissons à travers moi comme notre peau nue se connecter. Il me porta sur le canapé en cuir et me coucha sur elle, penchée sur moi, embrassait mon cou comme je gémis dans son oreille. Il a sucé sur la peau délicate, mordant doucement. Il a déplacé lentement sa bouche sur mon oreille, la succion de mon oreille et lécher derrière mon oreille et j’ai fermé les yeux dans la satisfaction.

Il a utilisé sa langue pour lécher le long de mon cou, pour atteindre ma poitrine. Il embrassa ma peau doucement.

Il a voyagé jusqu’à mes seins, embrassant tout autour et finalement, mes mamelons. Il lécha dur à travers eux, afin de me faire gémir plus fort. Il posa ses lèvres autour de mes mamelons, et les tirés plus dans sa bouche. Il leva sa langue de plus en plus vite sur eux. J’ai adoré le regarder pendant qu’il faisait cela, il m’a vraiment allumée, mordant mes mamelons.

Il a continué à me donner plaisir en faisant glisser sa langue humide sur mes seins, et de me donner l’envie de hurler.

Après dix minutes de pur plaisir, je commençais à être sérieusement allumée. Je lui ai arraché de mes mamelons et le tira à mes lèvres. « Tu en veux encore plus, bébé?” Il chuchota doucement à mon oreille. J’ai pratiquement gémi un oui. Je me levai, laissant Lionel s’asseoir et je me suis assis sur ses genoux, mes jambes écartées autour de sa taille et en face de lui. J’ai commencé à lui donner du plaisir en embrassant son cou doux et caressant mes ongles longs de son corps tonique. Je pouvais le sentir s’exciter sous ses pantalons comme j’ai sucé sur sa peau.

Je suis descendue de lui et je me suis mis à genoux sur le sol, j’ai donc été la même hauteur que sa taille. J’ai senti son érection dans son jean, a défait la fermeture éclair et peu à peu enfoncé jusqu’aux chevilles. Il leva ses pieds pour que je puisse le retirer plus facilement. J’ai aussi enlevé ses chaussettes, afin que je puisse lui caresser les pieds .Il aimait ça. J’ai enlevé son boxeur, et il se retrouvait entièrement nu. Sa queue était énorme et totalement montée et il était clairement dans le besoin pour un bon moment. J’ai commencé à le taquiner. Caressant doucement ses couilles avec mes doigts, parfois pressant doucement et le frotter. Il gémit de plus en plus. J’ai ensuite déplacé mes doigts le long de sa queue, je savais qu’il voulait que je pose ma main tout entière autour de lui, mais je voulais le taquiner d’abord.

Je caressais la tête de sa queue, ainsi que ses couilles. Après le taquiné, je laissais glisser ma main tout entière autour de sa queue et lentement, je me suis à le branler. J’ai joué avec ses couilles avec ma main gauche, comme il a commencé à apprécier vraiment. J’ai accéléré le rythme, en lui faisant gémir. Il a utilisé ses mains pour caresser mes seins, de permuter entre masser mon sein en entier et de stimuler mes mamelons. Les petites gouttelettes de sperme commençaient à fuir de sa bite dure qui signifiait qu’il jouissait. Ses yeux étaient fermé et il était trop occupé dans le monde du plaisir de constater que j’avais déménagé plus étroit entre ses jambes et avait mis mes lèvres humides autour de son énorme queue. J’ai tracé ma langue sur ses couilles, qui a finalement retenu son attention. Je pouvais l’entendre chuchoter, « encore ».

J’ai sucé chaque boule, qui bien évidemment lui procurer du plaisir. J’ai levé les yeux vers lui pour le voir tout à fait détendue, de toute évidence il avait beaucoup de satisfaction. J’ai voyagé ma langue jusqu’à sa queue, et le chatouiller avec ma langue humide, jusqu’à ce que j’aie atteint la tête. J’ai léché sur les côtés de frapper sa place, lui faisant gémir encore plus. J’ai ouvert ma bouche, et je me suis penché sur sa bite dure et abaissée ma bouche afin qu’elle soit parfaitement dans ma bouche. Je lui ai fait jouir en suçant légèrement et léché avec ma langue. Il a marmonné, « plus vite ». J’ai obéi et a déménagé ma bouche monter et descendre le long de son axe, reprenant le rythme comme il gémit de plus en plus difficile. Je savais qu’il était proche de jouir, alors je me suis préparée. J’ai passé environ cinq plus à lui sucer, lécher et baiser son énorme queue avant que je sentais le liquide chaud frappé le toit de ma bouche. Je pouvais goûter le liquide dégoulinant l’intérieur de ma bouche. J’ai avalé tout son sperme. Il aimait ça quand j’ai fait cela. J’ai nettoyé le reste du sperme, avec ma langue. Je savais que Lionel regardait avec un sourire sur son visage. J’ai souri et ferma les yeux sur lui avant de s’asseoir à côté de lui sur le canapé.

Caressant sa poitrine avec mes doigts de nouveau, il haletait sans voix, mais il a réussi à dire : « C’était i génial ». Il embrassa ma joue. Je ramassé le plateau avec les crêpes et le mit dans le lave-vaisselle avant de retourner au salon. Lionel n’était plus là. Confus, j’ai appelé son nom, mais il n’a pas répondu. Je me dirigeai vers la chambre à coucher, a ouvert la porte en bois et regarda dans la direction de notre lit. Lionel était allongé sur le lit, de toute évidence encore corné. J’ai souri, sachant que j’étais dedans pour un festin maintenant. Il caressa l’espace à côté de lui, de signalisation qu’il me voulait. J’ai souri et posé à côté de lui.

J’étais toujours torse nu, avec seulement mon pantalon et Lionel portait seulement son boxeur.

Lionel a déménagé son bras pour qu’il puisse presser doucement mes tétons avant de glisser sa main vers les boutons de mon pantalon. Il a déménagé afin qu’il fût assis à mes pieds. Il a défait mon bouton et lentement les jeans tiré vers le bas. Il a pris mes chaussettes et massé mes pieds. Le massage était très agréable. Il a toujours réussi à trouver cet endroit qui m’a envoyée de haut avec plaisir. Je gémissais fort quand il le trouva et il sourit.

Il posa ses lèvres douces à mes pieds et a commencé à embrasser tout le long de ma jambe. Quand il atteint ma cuisse, il s’arrêta. Il me taquina près de ma chatte, sucée légèrement, puis a reculé jusqu’à l’avant. Il a fait cela pour les deux cuisses, ma chatte devant plus humide par le second. Il leva lentement la culotte de soie et l’éloigna de mon corps.

Il ouvrit doucement mes lèvres de chatte et sifflait. Confuse, je l’ai regardé. “Mince alors, vous êtes déjà dégoulinante, bébé.” J’ai rigolé comme il caressa ma chatte.

Il mit un doigt au cœur de ma chatte et je l’ai tout de suite senti. Ses doigts sentaient si bien quand ils étaient au fond de ma chatte. Il alla d’abord lentement, me taquina et de me devenir plus humide. Ses doigts étaient recouverts de sperme blanc. “Tu aimes ça…” Il dit, comme il glissait son doigt dans sa chatte. J’ai hoché la tête tandis que j’étais physiquement sans voix. « Tu en veux plus? »Il a demandé et je signai de la tête une fois de plus. Il a ajouté un autre doigt, ouvrant ma chatte plus large. Il a commencé à obtenir plus rapidement et plus rapide, ce qui rend mon corps bougent ensemble. Il a utilisé son pouce pour stimuler mon clitoris, qui se sentait comme si j’avais tout juste d’être électrocuté. Le plaisir était trop.

J’ai commencé à crier et à gémir comme il a obtenu plus rapidement. Il a ajouté encore un autre doigt, allongeant ma petite chatte serrée encore plus large.

Après avoir baisé ma chatte avec son doigt pendant dix minutes, il m’a ouvert les jambes plus larges. Il se pencha vers le bas de mon visage magnifique et traîné sa langue à plat tout le chemin jusqu’à ma chatte, léchant tout mon sperme.

Il agita sa langue partout sur mon clitoris sensible, puis il a glissé un autre doigt dans ma chatte humide. Il a commencé à sucer mon clitoris, le tirant vers lui. Il a ensuite arrêté et je me demandais ce qu’il faisait.

J’ai regardé cracher dans ma chatte déjà humide. Le liquide chaud se laissa glisser jusqu’à ce qu’elle atteigne mon cul serré qui a envoyé des picotements jusqu’à moi. Il a continué à sucer, baiser et me lécher le clitoris jusqu’à ce que le sentiment de l’orgasme approché de moi.

J’ai poussé la tête plus dure dans ma chatte. J’ai commencé à crier sans contrôle. Je pouvais entendre Lionel chuchotant: « Viens, bébé ».” Je ne pouvais plus me retenir. Soudain, sans avertissement, j’ai jeté un liquide blanc chaud à l’extérieur. Le sentiment était incroyable, il n’y a pas de mots pour le décrire.

J’ai sauté comme son doigt attrapé mon point g.

Il savait qu’il avait trouvé ma place et il se mit à le toucher plus difficile à l’intérieur, de me faire mouiller encore une fois.

Ma chatte était encore plus sensible qu’auparavant.

Mes yeux étaient fermés avec plaisir, mais je savais qu’il était sur le point de foutre son énorme bite dans ma chatte humide. J’ai senti qu’il a glissé à fond, allant plus profond. “Baise-moi”. Je l’ai dit complètement allumé. Il obéit et me pénétrait dur à partir de derrière. J’étais donc à quatre pattes et il se mit à genoux derrière moi, et me baisait plus dure.

Ses couilles claquer contre ma chatte comme il me baisait.

Il m’a ouvert les joues de mon cul dans la mesure où ils iraient et se mit à chatouiller mon petit cul serré avec sa langue délicate. Accablée de plaisir, j’ai commencé à frotter mon clitoris, ajoutant au plaisir phénoménal. Lionel aimait quand je jouais avec moi-même, comme il me baisait par-derrière. J’ai commencé à crier comme il m’a percutée de plus en plus difficile, ce qui m’a donné envie de pleurer de plaisir.

Mais alors, il s’arracha son énorme queue de mon cul et le frotta le long de ma chatte, frottant sur mon clito, me faisant hurler de plaisir. Je ne me souciais pas de savoir si les voisins pouvaient m’entendre. Cinq minutes plus tard, je sentais le liquide chaud gicler en moi.

Il gémit de satisfaction, puis se retirait. Le liquide chaud coulait hors de moi, ruisselant tout le long de ma chatte mouillée. Nous nous sommes effondrés sur le lit, complètement crevé.