Récit porno soft - Première rencontre 1/3 | Instant Charnel Récit porno soft - Première rencontre 1/3 | Instant Charnel
Vous êtes ici : Instant Charnel » Lieux publics » Première rencontre (1/3)

Première rencontre (1/3)

Nous nous étions connu il y a quelques mois sur la toile et depuis avions échangé un grand nombre de mails qui au fil du temps sont devenus de plus en plus intimes.Nous avons échangé de nombreuses photos, de plus en plus dénudées avant de passer à la webcam où nous connurent nos premiers orgasmes… virtuels. Jusqu’à ce jour où enfin nous sommes passés au réel…

Nos coeurs qui frappent dans notre poitrine sur le parking de l’hôtel… Je suis arrivé avant toi, j’ai horreur d’être en retard. Trois cigarettes plus tard je te vois arriver en voiture, mon coeur s’emballe… je sors et viens t’accueillir, ouvre ta porte et te regarde comme un gamin devant la vitrine d’un magasin de jouets. Tu me souris, sors de ta voiture… premier regard, nos yeux brillent. Je retiens une larme tellement je suis ému… heureux… et un homme ça ne pleure pas !! Je m’en fiche des conventions machistes à la noix, les émotions je les ressens tellement fort… et je sais que tu comprendras.

Nos visages se rapprochent, nos yeux ne se quittent pas une seconde et nous nous faisons une première bise sur la joue… presque honteux. On rit, je prends tes mains, nos bouches se rapprochent, nos lèvres se frôlent… s’effleurent… se touchent enfin en s’ouvrant légèrement. Première caresse de nos langues qui peu à peu se mélangent…nos lèvres se soudent, mes mains se perdent dans ton dos… Moment torride, qui aiguise notre envie, provoque nos désirs… tu te serres contre moi, nos yeux ne se sont pas quittés une seconde… tu souris quand tu sens cette bosse contre ta cuisse et nous rions comme des ados, presque gênés de ce bonheur tant attendu.

Je ne me souviens pas qui de nous deux à parlé en premier, je pense que c’est moi… un truc banal, un peu gauche du style « que c’est bon! ». Nous nous dirigeons à l’hôtel en laissant nos bagages dans nos voitures. Prendre possession de nos chambres maintenant nous conduirait trop vite vers le plaisir. Alors nous allons au bistrot, boire un verre, discuter. Je prends ta main et la caresse, on se dévore des yeux, on se découvre.

Enfin nous montons dans notre chambre, un nid douillet et plein de charme, sans télé… pourquoi faire, une télé ?! Tout de suite, je m’approche de toi, te prends avec délicatesse dans mes bras, comme si j’avais peur de te briser. Mes mains se posent sur tes joues et on se regarde longuement tandis que nos bouches se rapprochent… se soudent et ne se quittent plus. Il serait dommage de fermer les yeux, les tiens sont si beaux quand ils brillent. Peu à peu et sans m’en rendre compte mes mains caressent ton corps, tes vêtements glissent un par un sur le sol, pas un seul moment je ne regarde autre chose que tes yeux. Je veux découvrir ton corps de rêve avec mes mains. J’aurais tout le temps de l’admirer plus tard…

Soudain je suis nu moi aussi… Tu as dégrafé ma chemise, je t’ai aidé pour mon pantalon… Heureusement qu’il fait un temps clément, je suis pieds nus, tout en caressant tes seins, tes fesses, ton dos. Sans même nous en rendre compte nous nous sommes allongés sur le lit, blottis l’un contre l’autre, les yeux dans les yeux… Nos baisers vont durer longtemps… ma cuisse se cale entre les tiennes, je caresse ton dos… tes fesses, en te serrant contre moi, j’a envie de toi, envie d’être en toi….je me retiens encore, mon désir et mon excitation me feraient jouir presque immédiatement, avant que l’orgasme n’emporte ton corps dans un tourbillon de plaisir…. Alors nos bouches se séparent pour un instant et mes lèvres rejoignent tes seins. Je les embrasse, les lèche, les mordille alors que tu caresses avec douceur mes cheveux… Ma bouche descend lentement sur ton corps et quand elle atteint enfin ton pubis, tu l’encourages à descendre encore plus en appuyant sur ma tête.

Tes cuisses bien ouvertes accueillent ma tête, ma langue effleure ta vulve puis suit le contour de tes lèvres évitant ton bouton d’amour. Je les pincent entre mes lèvres, les mordillent très légèrement… elle se dirige maintenant vers l’entrée de ton puits d’amour, le pénètre, le fouille. Je déguste ton jus d’amour comme je le ferai avec un grand cru… il a un goût d’une finesse incroyable, une saveur qui rappelle les agrumes avec une petite note épicée, poivrée… Ma langue remonte lentement entre ta fente, tes mollets se posent sur mes épaules pour mieux t’offrir à moi. Je titille ton bouton joyeux, le lèche, le suce… l’aspire en faisant tourner ma langue sur lui. Juste avant que le plaisir ne t’emporte, elle redescend vers ta grotte, poursuit son chemin entre tes fesses et arrive enfin sur ta rosace qu’elle découvre avec bonheur…

Très vite tu en veux plus, tu veux me sentir en toi… jouir avec moi. Tu me dis « viens, prends moi…» Je te pénètre très lentement, ma hampe raide et durcie par l’envie glisse en toi avec facilité… Tu es tellement ouverte, tellement mouillée… Quand enfin je suis au plus profond de toi, nos bouches se soudent à nouveau, nos baisers d’abord très doux deviennent plus fougueux, nos corps remuent plus vite… le plaisir suprême nous gagne, nous jouissons ensemble, je te serre plus fort dans mes bras, nos langues s’emballent dans un ballet féérique, je me vide en toi… notre première jouissance.. notre premier acte d’amour…

Nous sommes bien, complétement détendus… tu es blottie tout contre moi, ta tête repose sur mon torse, je te dis des mots d’amour, des mots doux, des je t’aime à n’en plus finir et toi tu joues avec les poils de ma poitrine… dès que je dis une bêtise ou te taquine, un jeu de mots, tu en tires un et je sursaute… nous rions, nous nous embrassons. Il fait beau dehors, un soleil printanier pénètre par la fenêtre et je dois me forcer pour te dire :

– et si nous allions nous promener dans la campagne?

Tu te moques d’abord de moi en me répondant:

– Ah bon, tu n’as plus envie de moi ? Plus envie de faire l’amour?
– Attention, si tu me provoques nous ne sommes pas prêts de sortir de la chambre..

Tu ris, dépose un baiser sur mon front et pars prendre une douche… j’attends pour prendre la mienne sachant parfaitement que si je te rejoins, jamais nous n’irons nous promener. J’en profite pour fumer une cigarette en admirant le paysage à la fenêtre. J’aperçois non loin de l’hôtel un vallon verdoyant qui abrite une forêt et qui est parcouru par un ruisseau. La nature est magnifique en cette saison. Les fleurs colorent les prairies, les arbres fruitiers sont en fleurs… une ambiance bucolique propice à une promenade en amoureux.

Nous marchons main dans la main depuis une vingtaine de minutes, nous arrêtant par moment pour un baiser. Parfois je m’éloigne un peu pour cueillir quelques fleurs et j’en profite pour te regarder avec du recul. Tu es magnifique dans ta petite robe et je devine que, comme tu n’as pas mis de soutien gorge, tu n’as certainement pas mis de sous-vêtement du tout. Au contour du ruisseau j’aperçois une grange qui surplombe le sentier d’une centaine de mètres et nous montons maintenant à travers champs en sa direction. C’est essoufflés que nous y arrivons et admirons la vue sur toute la vallée à nos pieds. Je t’entraînes par la main derrière la grange et nous nous allongeons dans l’herbe…

C’est toi qui prends l’initiative de m’embrasser. Tu te penches sur moi et ton visage se rapproche lentement du mien jusqu’à ce que nos lèvres se rejoignent. Le baiser qui s’ensuit est d’une douceur incroyable… d’une sensualité sans pareil et en dit long sur tes intentions… ton désir.

Ma main à vite fait de me confirmer ce que je pensais… tu es nue sous ta robe… Comme c’est toi qui a pris l’initiative, je me laisse faire… Tu souris en voyant la bosse qui déforme mon bermuda… moi non plus je ne porte rien dessous. Ta main se glisse dans ma chemise ouverte et tu titilles mes tétons qui durcissent aussitôt. Bientôt tu les embrasses, tu les mordilles laissant ta main libre pour se faufiler dans mon bermuda…Il ne te faut pas longtemps pour me l’enlever et je me retrouve nu sur le dos dans l’herbe qui chatouille ma peau.C’est à toi cette fois de laisser glisser ta bouche sur mon corps et dès que je sens tes lèvres entourer mon pieux d’amour, je ne peux retenir un petit cri de plaisir… Ta bouche coulisse lentement sur lui… se retire et seule ta langue effleure mon gland, lèche ma hampe pour finir sur mes bourses.

Ma main caresse tes fesses, ta peau aussi douce que de la soie excite mes sens alors que ta langue de velours n’arrête pas de me donner du plaisir. Je plane et me laisse faire ce qui n’est pas dans mes habitudes. Mais tu es si douce… si attentionnée. Ma main s’est glissée entre tes cuisses et je caresse avec légèreté ton puits d’amour. Il est déjà détrempé par ton envie de faire l’amour en pleine nature et qui augmente notre excitation, sachant que quelqu’un pourrait éventuellement nous voir bien que le risque soit infime. Je récolte un peu de ton précieux nectar avec mes doigts que je porte à ma bouche pour en déguster toute la saveur…

N’y tenant plus tu viens t’asseoir sur moi et te laisses empaler sur mon membre dressé. Les parois de ton puits d’amour descendent lentement autour de ma verge et dès qu’elle est au plus profond de toi tu retires ta robe pour te retrouver à ton tour nue sur moi. Alors que tes reins se mettent à onduler lentement je caresse tes seins, fais rouler leur bout entre mes doigts, les pince en alternant la force, mais jamais trop fort. Quand tu te penches en avant pour venir poser ta bouche sur la mienne mes mains s’emparent de tes fesses que je prends à pleines mains, que je caresse ou pétris… L’émotion provoquée par nos baisers m’excite encore plus et tu me sens durcir et palpiter en toi… Les mouvement de ta croupe amplifient, ton corps tout entier vibre, tu gémis… soupires… Je me sens aspiré en toi… notre jouissance arrive d’un coup, avec une intensité exceptionnelle… je me vide en toi, plusieurs giclées de mon jus d’amour brûlant s’écoulent en toi et te remplissent…

Nous nous embrassons longuement puis nous rentrons à l’hôtel pour lézarder au soleil sur la terrasse en sirotant un rafraîchissement..

A suivre…

[ABM id= »341907953″ width= »468″ height= »60″]
Cette histoire érotique vous a été proposée par l’un de nos fidèles auteur :  Achille. Impatient de connaître la suite ? Suivez le lien : Première rencontre 2/3

D’autres histoires sexy ? Alors je vous propose de continuer votre lecture par les quelques textes suivants : 

– La première histoire érotique envoyée par Achille, une femme se donne à plusieurs hommes.
Séduction par e-mail, parce que cette histoire aussi a commencé sur le net.
– Le récit de Cédric, qui nous conte sa première fellation dans… un train !  

 

La photographie qui illustre ce récit porno a été empruntée au superbe TumblR Feuille de Rose

 

« »

Gratifiez l'auteur de vos impressions post-lecture en laissant un commentaire !