Dépucelage inattendu & triolisme | Instant Charnel Dépucelage inattendu & triolisme | Instant Charnel
Vous êtes ici : Instant Charnel » Auteurs féminins » Anniversaire de nos 15 ans de vie commune…

Anniversaire de nos 15 ans de vie commune…

femme_nue_voitureCela fait 15 ans que nous sommes ensemble, ça se fête, non !?

Tous les deux nous avons eu une autre vie avant notre rencontre, voire  plusieurs vies ! Mais depuis que nous sommes tous les deux, nous avons enfin (difficilement) trouvés notre équilibre. Nos ébats ne sont plus aussi torrides qu’autrefois et d’un commun accord, nous avons décidés de donner un coup de fouet à notre libido !

La soirée prévue est le début de notre thérapie…

Pour l’occasion, tu t’es habillée de façon sexy mais pas vulgaire, une jupe courte qui découvre tes jambes magnifiques gainées de bas gris fumés avec des escarpins avec des talons de 10cms, voilà pour le bas, pour le haut, un petit top qui découvre tes superbes épaules et  dévoile la naissance de deux jolis seins encore très fermes et bien proportionnés (85C). Pendant le repas nous discutons de tout et de rien comme d’habitude mais je remarque que le serveur vient plus souvent que la normale à notre table et que son regard glisse souvent sur ton décolleté. Je ne suis pas jaloux, tu le sais, et le fait que tu troubles cet homme me rend plein de fierté ! Il y a aussi une table, à quelques mètres, occupée par trois hommes qui n’arrêtent pas de te reluquer et de chuchoter en te regardant.

Ainsi, la pression monte doucement pendant tout le repas et je sens une érection se développer dans mon pantalon. Enfin nous terminons et nous décidons de nous balader sur le bord de mer. Nous nous baladons depuis une dizaine de minutes lorsque tu te fais « siffler » par un groupe de jeunes hommes (la trentaine) en goguette. Tu leur fais un grand sourire et un petit signe de la main et ils filent en te criant des mots d’amour.

Je te serre dans mes bras, je profite au passage pour caresser tes jolies formes, tu me rends mes caresses et là, tu vois mon émoi !

–        Retournons à la voiture, j’ai envie d’aller au belvédère
–        Au belvédère !?

Je n’en reviens pas, le belvédère est un endroit où l’on domine toute la côte qui est très fréquenté le jour mais désert le soir. Tu dois avoir une idée dans ta jolie tête. Nous arrivons au belvédère, comme je le pensais l’endroit est désert. Aussitôt le moteur coupé et les portières verrouillées, je t’embrasse  en caressant tes seins, rapidement ma main glisse sous ton top et je peux enfin caresser la peau douce et les tétons érigés qui roulent sous mes doigts. J’avais oublié de préciser que tu n’as pas mis de soutien-gorge, tes seins se tenant très bien sans cet accessoire. Mon autre main s’active sur tes cuisses et j’atteins très vite la lisière entre le haut des bas et ta peau nue.

Pendant ce temps, tu ne restes pas inactive, tu réponds à mon baiser et une de tes mains atteint ma ceinture et la défait, puis tes doigts s’attaquent à mon pantalon et très vite tu le baisses, mon sexe bondit alors de sa cachette, tes doigts se referment sur ma hampe bandée et tu entames une lente masturbation.

–        Pour te remercier de cette soirée, veux-tu que je te suce ?  je sais que tu en as envie depuis longtemps et que tu voudrais bien recommencer comme autrefois

–        Oh oui ma puce, j’attends ça depuis si longtemps, ça va me rappeler bien des souvenirs !

–        J’espère qu’on ne sera pas dérangés, regarde si tu vois quelque chose

–        Je ne vois rien ! Mais avec la nuit on ne voit pas grand-chose

–        Si on passait à l’arrière, on serait mieux

–        Oui oui !

Nous passons sur la banquette arrière et nous nous retrouvons comme de jeunes amoureux à nous caresser à l’arrière d’une voiture. Très vite ta tête descend vers ma bite tendue et tu entrouvres  tes lèvres pour l’avaler presque entièrement. Tu t’immobilises et je sens juste tes doigts qui  caressent mes bourses gonflées de désir puis au bout de quelques secondes, ta tête monte et descend doucement au départ puis de plus en plus rapidement. Sous ton habile fellation, je gémis de plaisir, ma main se pose sur ta tête, mon autre main, elle, s’occupe de ton petit cul cambré. (Tu es agenouillée sur la banquette) et remonte ta jupe sur tes reins. Tes fesses, uniquement « protégées » par ton string blanc se reflètent dans la vitre de l’auto, le spectacle me fascine car dans l’autre vitre je vois ton visage déformé par ma bite bandée, mon érection en est encore plus forte.

Je te regarde t’appliquer pour me procurer une pipe d’anthologie,  tout en regardant les reflets dans les vitres, et c’est alors que j’ai cru apercevoir quelque chose.

Ne voulant pas t’alerter, je ne bouge pas mais je regarde dans le rétro de la voiture, étant à l’arrière ce n’est pas facile, mais j’arrive à voir une silhouette et en regardant intensément je finis par distinguer un jeune homme d’environ 16 à 18 ans qui mate ma chérie en train de me pomper. Je vois qu’il est seul, il devait trainer dans le coin quand il a vu la voiture et par curiosité il s’est avancé et découvert un bien beau spectacle. D’ou il est, il a une vue directe sur le petit cul cambré !

Je me décide à prévenir ma petite suceuse,

–        Chérie, je crois que tu as un admirateur
–        Quoi !?

La dessus elle relève légèrement la tête et cesse sa divine pipe

–        Démarre la voiture et file je ne veux pas qu’il me voit

–        C’est un peu tard, il doit nous observer depuis le début et je suis avec toi sur la banquette arrière, pour conduire c’est pas terrible

–        Et puis tu sais, c’est pas la première fois que tu me suces devant un voyeur, et celui- là m’a l’air d’être tout jeune

–        Qu’est- ce que ça change ?

–        Tu n’es pas flattée qu’un petit jeune te mate ? allez reprends cette superbe fellation !

Docile, tu reprends ton ouvrage.  Je regarde par la vitre, notre jeune mateur s’est encore approché, je lui fais un petit signe. Se voyant découvert il a un moment de recul, mais je lui fais signe et voyant qu’il ne risque pas de mauvais coup, il se positionne juste derrière la vitre.

M’adressant à ma chérie :

–        Cambre toi plus pour que notre jeune voyeur s’en mette plein la vue

Excitée par la situation, tu  te cambres au maximum, pendant ce temps,  j’ai remonté complètement ta jupe jusqu’à ta taille fine, dégageant complètement  ton adorable croupe callipyge. Le jeune homme n’en peut plus, il sort de son bermuda un sexe de belle dimension qu’il se met à branler en fixant ton petit cul cambré avec envie.

Pendant ce temps tu continues de me sucer avec délectation, j’ai fait glisser ton top pour dégager tes seins qui ballotent doucement au gré de tes mouvements,  mon autre main glisse entre les globes fessiers, écarte ton string et glisse vers ta chatte inondée. La situation doit vraiment t’exciter car mes doigts glissent dans ta mouille abondante, deux doigts écartent tes lèvres et pénètre ton antre d’amour, mon pouce, lui s’est posé sur ton petit trou et le caresse en faisant des cercles puis ne constatant aucune réticence de ta part, il s’enfonce doucement dans ton puits brulant. Te voilà prise par tous les trous, ma verge emplit ta bouche, deux doigts dans ta chatte et mon pouce qui fait des allers et retours dans ton cul. Tout cela sous le regard fiévreux de notre jeune voyeur. Je lui fais signe de passer de l’autre côté, il s’empresse, alors je débloque le verrouillage et j’ouvre la portière. Il est debout, face à toi qui continue ta fellation, je t’arrêtes :

–        Regarde ma chérie ce que tu as provoqué !

Tu relèves un peu la tête et tu es surprise par le contraste du jeune âge de ton voyeur et les dimensions respectables de l’objet qui , maintenant, pulse à quelques centimètres de ton visage.

Je m’adresse au jeune homme :

–        Quel âge as-tu ?

–        17 ans Msieur

–        Tu mates souvent les couples ici ?

–        Euh, parfois

–        Tu as déjà couché avec une fille ?

–        Euh, ben … non

–        Tant mieux (j’ai  ma petite idée en tête…)

Tout en me répondant, le jeune homme avait ralenti sa masturbation et je voyais que tu n’en perdait pas une miette. Surpris, je te vois tendre la main et soupeser les bourses bien garnies , puis ta main écarte la sienne et commence un lent mouvement de masturbation. A peine as-tu fais deux mouvements de va et viens que fuse brutalement un puissant jet de sperme épais qui frappe ton front et tes cheveux, aussitôt suivi d’autres aussi puissants qui maculent ton visage et ton cou. Surprise par la violence du flot, tu as ouvert la bouche pour un « oh » ! d’étonnement, si bien que le dernier jet atterrit directement  entre tes lèvres et sur ta langue.

Je suis tellement excité par la situation que j’appuie sur ta nuque et te force à emboucher ce vit qui frémis encore de jouissance.

–        Vas y ma chérie, suce le bien à fond, avale les dernières gouttes

Sur ces mots, je me positionne derrière toi, d’une main j’écarte ton string,  je plonge directement entre tes cuisses et j’investis ta grotte brulante d’une seule et violente poussée. Tu veux pousser un cri mais le sexe qui envahit ta bouche ne le permet pas, étant enfoncé jusqu’au fond de ta gorge, tu réprimes juste un haut le cœur, heureusement son propriétaire a la bonne idée de faire marche arrière.Mes puissants coups de reins te propulsent en avant et tu reprends volontiers ta fellation, d’autant que le jeune homme n’a pas débandé après sa première éjaculation.

D’où je suis-je vois les mouvements de son bassin s’accélérer, toi aussi tu sens ce qui va arriver et tu tentes de reculer la tête, mais c’est sans compter que le drôle a pris de l’assurance et a tôt fait avec mon tacite consentement de maintenir ta tête collée à son bas ventre, si bien que quand fuse une nouvelle salve, tu ne peux qu’avaler ou t’étouffer. Tu avales, tout ou presque, un mince filet de sperme s’écoule doucement à la commissure de tes lèvres, le jeune homme continue de baiser ta bouche à grands coups de reins et ne débande toujours pas.

La vue de ce spectacle et ton petit cul qui tortille de plaisir devant mes yeux  vont finir par venir à bout de ma volonté si je ne fais rien. Je me retire de ta chatte inondée, je saisis tes cheveux et te fais retourner vers moi. Déçu, le jeune homme abandonne ta bouche à regret mais voyant le spectacle de ton petit cul cambré tourné vers lui, il essaie de te prendre, mais par manque d’expérience, il glisse sur la cyprine qui s’écoule de ta chatte béante et n’arrive pas à trouver le nirvana. Voyant cela je me penche en avant et je saisis sa bite pour la mener à bon chemin.

De nouveau tu as une bite dans la bouche et une dans ta chatte, après quelques tâtonnements nous trouvons le bon rythme accompagnés par tes gémissements de plaisirs. De nouveau je me penche en avant, je pose ma main sur ton petit cul cambré et je la fais glisser entre les deux globes fessiers, mon index se pose sur ton petit œillet et s’enfonce doucement  en tournant.

Tu recraches mon sexe :

–        Ooohhhhh ouiiii chéri continuuuuuuueeee

Je sais que tu apprécies cette caresse et aussi que l’on s’occupe de tes seins, alors je fais signe au jeune homme de remplacer mon index par son pouce et je m’empare de tes seins dont je triture les bouts en les faisant rouler sous mes doigts.

–        Oouuummmmppppppfffffff !!!

A présent tu jouis sans interruption,  prise par tous les trous à la fois ! Notre jeune compagnon s’enhardit, il doigte de plus en plus fort ton petit trou pendant que sa bite envahit ta chatte, il sort son pouce du petit orifice et le remplace par deux doigts puis bientôt un troisième se joint aux deux premiers pour ton plus grand bonheur. Voyant qu’il ne va pas plus loin, je te retourne à nouveau, te forces à avaler de nouveau sa queue luisante de ta mouille et j’investit encore ta chatte pour un ou deux allers et retours puis je sors et me positionne devant ton œillet qui se referme tout juste et je pousse, pendant quelques instants rien ne se passe puis soudain mon gland est comme aspiré et disparait dans ton petit cul dilaté. Voyant ce spectacle, le jeune homme se lâche et déverse de nouveaux puissants jets de foutre au fond de ta bouche juste au moment où moi-même je me vide au fond de tes reins.

Epuisés, nous nous écroulons sur la banquette, tu es la première à réagir :

–        Oh mon dieu, je m’en souviendrais de cet anniversaire, je crois que je n’ai jamais autant avalée de sperme de toute ma vie.

S’adressant au jeune homme :

–        Alors que dis- tu de ta soirée ?

–        Super !!! Madame, super ! c’était génial, je suis plus puceau !

–        Eh bien au moins on est tous satisfait !

Au même moment on voit un véhicule qui s’approche, vite je descends et me mets au volant, on ne sait jamais ! Le véhicule s’engage sur le parking alors je décide de redémarrer, ma chérie est restée à l’arrière avec notre jeune compagnon. Elle n’a pas eu le temps de se rhabiller ni lui non plus, aussi se sont-ils allongés sur la banquette pour qu’on ne les voit pas. Je reprends la route qui longe la côte en roulant doucement, au bout de quelques instants je les préviens qu’ils peuvent se relever.

N’entendant rien, je  me retourne et je te vois allongée sur la banquette, la tête posée sur les cuisses de notre jeune compagnon et la bouche de nouveau envahie par son sexe qui a regagné toute sa superbe !

–        Encore !!! Tu es insatiable ma chérie

–        Mais non c’est lui, il en veut encore

Heureusement, je trouve un petit chemin qui s’enfonce derrière quelques arbres,  je m’arrête et m’empresse de descendre ma caméra à la main. Eh oui, je n’ai plus le même âge que notre jeune ami et il me faut plus de temps pour « remonter » par contre je tiens à garder des souvenirs de cette mémorable soirée, je filme donc pendant plusieurs minutes. Je me place face à ton visage déformé par la hampe bandée, je filme tes vas et viens, sur l’écran on voit bien encore les traces blanchâtres du sperme qui a éclaboussé ton jolie visage, ton front et même tes cheveux car tu n’as pas encore eu le temps de te nettoyer.

Ton jeune amant sort de ta bouche, te fais retourner à quatre pattes

Là j’interviens :

–        Cambre toi encore plus ma chérie !

–        Ooohhhh non ne filme pas ça

Son «  bourreau » se positionne et sans hésiter il investit d’une seule poussée le petit trou d’où coule encore un peu de mon sperme.

–        Oh oh ma puce, il est en train de t’enculer profondément, tu aimes ???

–        OUIIIIIII c’est bon, ooooohhhhh comme il est grooooossss, il me défonce !!!!

Je filme cette profonde sodomie, notre acolyte n’y va pas de mains mortes, il s’enfonce de plus en plus vite dans ton petit cul dilaté, te faisant pousser des cris de plaisir et de douleur mêlés. En plus de te sodomiser sauvagement,  il frappe tes fesses de ses mains et celles-ci deviennent écarlates sous cette fessée féroce. Il a pris de l’assurance le puceau !

Enfin au bout de plusieurs minutes de ce traitement, il pousse un long cri et se vide au fond de tes entrailles, il ressort laissant apparaitre ton anus dilaté d’où s’écoule encore du sperme. Au bouts e quelques minutes, tu refais surface, je t’embrasse, nous remontons en voiture, déposons le petit jeune, et rentrons à l’hôtel, épuisés et heureux .

 

– FIN –
Un récit savoureux proposé par la maintenant célèbre auteure Monica, qui vous a habitué aux récits traitant de sexe en voiture. Laissez lui vos impressions en commentaire !

 

« »

3 commentaires pour “Anniversaire de nos 15 ans de vie commune…”

  1. Bravo !

  2. super, on aurait aimé être à la place du jeune homme, …il y a quelques années de ça

  3. bien emmené, très sensuel
    bonne écriture

Gratifiez l'auteur de vos impressions post-lecture en laissant un commentaire !